Belle époque
classics posters


From 1881, the famous law "defense view" as well as improved techniques of lithography and hard work of Cheret to develop the technic of chromo-lithography (overlays several passes of inking of several colors) gives the starting point are displayed in the pantheon of modern communication.
The poster becomes informative far between 1881 and 1891, either under 10 years of "commercial art", an essential vector of communication and a powerful lever of mass consumption.
From 1991 until 1901 shall be 1 golden age of the "claims" where art and consumption are one, where the artist of the barge communicate without deductions in anthologies incessant creations: As early created, displayed as early as early covered, Mucha and consors are the masters of the posters.
A printing normally consists was capable of producing 6,000 posters a week and nothing has Paris a hundred of them work seven days out of 7.
it is estimated that every day in Paris 30 new posters were affixed to the walls, not multiply or 6000 180 000 posters pasted on the walls a week who have the misfortune not to be registered the famous words "Defence posted 1881 Act" .
This is the beginning of the industrial era for printing and the publicity this time are inseparable.
The arrival of Henri de Toulouse Lautrec brings a modern edge in the composition of the poster, simplifying the layout of the message, the subject.

The ultra present text gives way to the genius of creation, Cappiello in 1907 for his part goes even further.
He invented modern advertising poster with Chocolat Klaus by imposing solid black and mascot (a horse, regardless of whether red) and the most fantastic advertising pitch: The woman all associated with a brand, many a technical Once copied and reused later.
Plus, he founded (following the genie of Lautrec) the beginnings of advertising modernism by synthesizing the message to a shape, a limited selection of color and géometric the message as for the "bicycle tire Baudou" a red rectangle to the sky, a blue rectangle to the sea and the strict application of the golden ratio, a white circle to symbolize a subject for sale (a simple bicycle tire) and a woman QED.
From 1910 creative advertising is in crisis, the geniuses are dead or have goes  (Cappiello, Mauzan).
Nothing notable get out of a printing press between 1910 and 1914 except perhaps some discreet tourism posters and assuming the 2nd golden age of the poster.
The commercial art falls into a certain mediocrity with a return to the text and the shortness of the new art but before rebuilding, one must destroy the war and the fury of the men take care of it between 1914 and 1918 ...

A partie de 1881 et la fameuse loi "défense d'afficher" ainsi que l'amélioration des techniques de la lithographie et le travail acharné de Chéret pour dévellopper la technique de chromo-lithographie ( superpositions de plusieurs passes d'encrages de plusieurs couleurs ) donnent à l'affiche son point de départ dans le panthéon de la communication moderne.

L'affiche jusqu'ici informative devient entre 1881 et 1891, soit en moins de 10 ans l'Art publicitaire", un vecteur incontournable de la communication et un puissant levier du dévelloppement de la consommation de masse.

A partir de 1891  jusqu'en 1901 intervient le 1er age d'or de la "réclame" où l'art et la consommation ne font qu'un , où l'artiste de le chaland communiquent sans retenue dans un florilège de créations incéssantes : Aussitôt crées, aussitôt  affichées, aussitôt recouvertes, Mucha et consors sont les maitres de l'affiche.

Une imprimerie normalement constituée était capable de produire 6000 affiches par semaine et rien qu'a Paris une bonne centaine d'entre elles travaillent 7 jours sur 7.

il est estimé que chaque jour à Paris 30 nouvelles affiches étaient apposées sur les murs, multipliées par 6000 soit 180.000 affiches collées par semaine sur les murs où n'apparait pas la fameuse mention " Défense d'afficher "Loi de 1881".

C'est le début de l'ère industrielle pour l'imprimerie et la publicité qui à cet instant sont indissociables.

La venue de Henri de Toulouse Lautrec apporte un vent de modernité dans la composition de l'affiche, simplification de la mise en page, du message, du propos.

Le texte ultra présent s'efface devant le génie de la création, Cappiello en 1907 de son coté va encore plus loin.

Il invente la publicité moderne avec l'affiche Chocolat Klaus en imposant l'aplat noir et la mascotte ( un cheval, peu importe qu'il soit rouge) et le plus fantastique argumentaire publicitaire : La femme .

Tout cela associé à une marque, technique mainte fois copiée et réutilisée ultérieurement.


De plus, il fonde (en suivant le génie de Lautrec), les prémices du modernisme publicitaire en synthétisant le message à une forme, un choix limité de couleur et en géometrisant le message comme pour  l'affiche "Le pneu vélo Baudou" un rectangle rouge pour le ciel, un rectangle bleu pour la mer et la stricte application du nombre d'or, un cercle blanc pour un symboliser l'objet a vendre ( un simple pneu à vélo) et une femme CQFD.

A partir de 1910 la création publicitaire est en crise, les génies sont mort ou se sont expratriés ( Cappiello, Mauzan).

Rien de notable sortira d'une imprimerie entre 1910 et 1914 sauf peut être quelques affiches  de tourisme discrètes et présumant le 2eme age d'or de l'affiche.

L'art publicitaire tombe dans une certaine médiocrité avec un retour au texte et l'essoufflement de l'art nouveau mais avant de reconstruire , il faut tout détruire.

La guerre et la furie des hommes s'en chargeront entre 1914 et 1918...